autonome 28, solidarité professionnelle, associatif,soutien immédiat
Chronique n°1 : mars 2010

                                                  

LETTRE A TOUS LES ADHÉRENTS :

NOS MÉTIERS : DE PLUS EN PLUS A RISQUES !!!

 

 

Depuis la rentrée de janvier, l’Autonome d’Eure-et-Loir est sollicitée, presque quotidiennement, pour des conflits opposant des collègues et des familles. Ces dernières n’hésitent pas à :

 

-          s’adresser aux Inspecteurs de l’Education Nationale ou à l’Inspecteur d’Académie, voire plus haut,

-          proférer des menaces,

-          porter plainte.

 

Quelques exemples récents illustrent ces situations :

 

-          Des parents ont demandé un rendez-vous à un I.E.N. pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme un comportement inadmissible d’une collègue vis-à-vis de ses élèves.

-          Un père d’élève est venu menacer un enseignant et une femme de service, pensant qu’ils étaient à l’origine du signalement de son enfant auprès des services sociaux.

-          Une mère d’élève annonce avoir déposé plainte, car l’enseignante de son fils se serait moquée de lui en classe, ce qui le perturberait gravement.

-          Un groupe de parents harcèle, pendant des mois, une collègue à propos de ses méthodes de travail.

 

Ces situations sont extrêmement pénibles à vivre. Tous les collègues qui nous ont contactés disent leur révolte devant de telles allégations mais surtout leur mal-être (angoisse, perte de sommeil, remise en question…).

De tels faits ne sont pas anodins ! Face à leur recrudescence nous nous permettons de vous rappeler quelques conseils :

 

      1° - Ne jamais rester seul(e) dans de telles situations. La mise en cause d’un enseignant génère souvent, chez ce dernier, un sentiment de culpabilité, alors qu’en fait il est victime de tels agissements.

 

      2° - Dans tous les cas, il faut informer l’IEN ou la hiérarchie en exposant clairement les faits.

 

      3° - Il est important de nous contacter le plus rapidement possible. Même si vous considérez que l’événement est anodin (un collègue a pensé qu’une plainte serait sans suite ce qui n’a  malheureusement pas été le cas), n’hésitez pas à appeler ! L’Autonome d’Eure-et-Loir est là pour ça.

 

 Si besoin nous sollicitons notre avocat afin :

 

-          de prendre contact avec les services de police ou de gendarmerie pour vérifier l’authenticité d’une plainte ou d’une main courante (nous avons récemment eu le cas de parents annonçant avoir porté plainte contre un enseignant, ce qui après vérification auprès de la gendarmerie s’est révélé totalement faux).

 

-          de vous assister et vous conseiller dans vos démarches.

 

Nous vous rappelons que, dans tous les cas, nous prenons totalement en charge les frais d’avocat engagés.